Qui sommes nous ? Nous contacter
Ouverture de session :

Pseudonyme

Mot de Passe
Enregistrement
Rechercher :
SOMMAIRE
INFORMATIONS
MMT-fr
Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON 
Vérifiez ici.
Licences GNU FSF !
Licence Open Source
EN  LIGNE
Il y a actuellement 11 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Quel type d'analyste programmeur êtes-vous et avec qui travaillez-vous ?

(2198 total des mots dans ce texte)
(2117 lectures)   Format imprimable

Quel type d'analyste programmeur êtes-vous
et avec qui travaillez-vous ?

Le M B T I c'est bien , mais c'est comment la vraie vie ?

> Dans la cadre du travail en équipe, bien se connaître et bien connaître les autres membres est un point important afin que chacun trouve une place naturelle dans le groupe.

> Si l' Indicateur typologique de Meyers-Briggs constitue l'une des façons d'aborder scientifiquement le problème, il est possible d'en trouver une illustration plus concrète dans l'ouvrage de Jean-Christophe ANULFO intitulé « Métier développeur - Kit de survie ».

> Dans ce livre auquel j'emprunte les paragraphes qui suivent, l'auteur dessine avec humour quelques portrait-robots de collaborateurs types avec lesquels il a dû (ou doit) travailler en tant que directeur de société de développement logiciel, où se mêlent aspects psychologiques et compétences techniques.

Je vous souhaite une bonne lecture et j'espère que vous apprécierez.
Lionel RAFFIN - Mars 2002

     P r o f i l s     t y p i q u e s 

« Voici quelques profils de développeurs que j'ai rencontrés au cours de ma carrière. Certes, les portraits que je dresse ici sont un peu caricaturaux, mais regardez bien autour de vous, et peut-être reconnaîtrez-vous chez l'un ou l'autre de vos collaborateurs quelques traits évoqués ici. […]

    1. Le perfectionniste    

Le perfectionniste est l'oiseau rare. Disons-le franchement, la majorité des développeurs ne le sont pas, et ce à bien des égards : conception trop rapide et pas assez documentée, code pas assez commenté, programme pas assez testé, documentations technique et utilisateur succinctes, beaucoup de choses sont loin du niveau de perfection que l'on pourrait espérer.

Le perfectionniste lui, va bien au-delà de vos espérances. Il trouve des problèmes auxquels vous n'aviez pas pensé. Il en trouve également les solutions, et tout cela vous vous en rendez compte en lisant sa documentation ultra-fouillée, après que l'équipe Qualité ait validé ses modules, sans avoir pu noter la moindre défaillance ou presque. Son seul défaut tient à sa qualité bien sûr, qui lui vaut parfois la réputation d'être un peu lent. Mais sur le long terme, quand on prend en compte les temps de conception, de réalisation, de mise au point, de documentation, mais aussi de maintenance et de réalisation des évolutions, le perfectionniste se révèle bien plus rapide que tous les autres. Il est vrai en revanche qu'un chef d'équipe un peu plus tranchant peut permettre à un perfectionniste d'être parfois encore plus efficace, en l'aidant à faire certains choix, par exemple dans le niveau de finition à atteindre pour certaines fonctionnalités, par rapport à d'autres.

    2. Le savant fou    

Le génie, c'est l'erreur dans le système. Paul KLEE

Intelligent, créatif, toujours en ébullition technologique, le savant fou regorge d'idées pour changer le monde, et surtout le produit, ou plutôt le code dont il s'occupe, et qui est dans le produit. Car malgré sa grande expérience, le savant fou a tendance à oublier qu'il travaille sur un produit commercial et non sur une expérience de laboratoire destinée à son propre usage. Son énergie débordante et son apparente maîtrise technique peuvent être très constructives, mais mal encadrées elles peuvent causer aussi beaucoup de dégâts. Le résultat le plus typique est « l'usine à gaz », c'est-à-dire un module très compliqué pour faire une chose qui, au départ, était très simple. Et bien sûr, quand c'est compliqué, ça fonctionne mal, ça évolue difficilement, et en général, ça ne fait pas ce que le client voulait. Mais allez expliquer ça à votre génie. Car une fois en posi­tion de défense, le savant fou a tendance à perdre sa bonne humeur assez facilement. Ne supportant pas d'être remis en cause, il se laisse volontiers aller à la mystification technique, voire au pur boniment, mais le plus souvent par simple autodéfense, contrairement à l'imposteur (voir plus loin).

Le savant fou peut devenir difficile à gérer, surtout s'il travaille sur le produit depuis longtemps. En effet, son code ayant tendance à être plutôt complexe voire obscur, et souvent très volumineux, il est difficile de le confier à quelqu'un d'autre. Il est également difficile de faire évoluer le savant fou vers d'autres méthodes, et encore plus de le faire collaborer avec d'autres personnes, en vue de faire évoluer son code. La seule solution reste la transmission en douceur à un autre développeur, l'assimilation de l'existant, puis éventuellement, la refonte complète du code. Un programme chargé en perspective.

    3. Le développeur doué mais fumiste    

Intelligent, aimable, souriant, sociable, il est en général reconnu par tous comme un leader technique, mais ses collègues l'apprécient aussi car il sait prendre du temps pour les aider. Ses supérieurs eux, apprécient sa justesse d'analyse, sons sens du compromis, sa capacité à résoudre des problèmes compliqués, à comprendre de nouvelles technologies, et à présenter des aspects techniques complexes de manière compréhensible. Son planning n'est pas toujours clair, mais ses estimations de durées sont généralement affûtées. Il a souvent une expérience de plusieurs années dans diverses entreprises, et manie plutôt bien les aspects politiques de la vie en entreprise, ce qui lui assure une sécurité à toute épreuve, surtout s'il soutenu par des personnes haut placées

Il serait un employé modèle à bien des égards s'il n'avait cette fâcheuse tendance à toujours rechercher le moindre effort. Au bout de quelque temps, cela se traduit par un certain laxisme dans la réalisation du travail : code non commenté ou non testé, erreurs d'architecture non corrigées, documentation bâclée, et autres tâches pénibles qui restent en suspens. Le défaut principal du développeur doué mais fumiste est donc de ne pas toujours donner le meilleur de lui-même, et de ne pas être la locomotive qu'il devrait être pour son équipe et son entreprise. Ses compétences et son sens politique lui valent en général l'indulgence de ses supérieurs et lui permettent d'être rarement inquiété. Parfois, surtout quand il est d'une nature plus stressée, le développeur doué se laisse aller à l'individualisme voire même au boniment, au même titre que l'imposteur (voir ci-après), mais de manière plus subtile, sans compromettre sa réputation.

    4. Le bricoleur génial    

Le bricoleur génial est souvent un type plutôt sympathique et jovial. Son côté bricoleur découle d'une certaine inaptitude à l'abstraction et au conceptuel. Toutefois, son sens pratique et sa maîtrise technique lui permettent souvent de compenser ce défaut, et donc de trouver des solutions rapides à des problèmes techniques de complexité moyenne. Le bricoleur génial peut être d'un grand secours dans des situations de crise, car il se débrouille toujours pour trouver une solution. Dans les phases de conception, il n'est pas forcément conseillé de lui laisser trop de responsabilités au niveau de l'architecture, en revanche, sa créativité peut apporter un réel plus au produit, si elle est bien canalisée et surtout bien finalisée par le chef de produit. Son côté parfois légèrement insouciant lui pose quelques problèmes de fiabilité au moment de la mise au point. Le chef d'équipe doit donc être attentif sur ce point.

    5. Le développeur malgré lui    

Le développeur malgré lui aurait bien voulu faire autre chose que du développement, mais pour une raison ou pour une autre, il s'est retrouvé un jour à écrire du code. Ayant acquis ses connaissances sur le tas, il maîtrise rarement le langage qu'il utilise, mais parvient quand même à ses fins, grâce à son sens pratique et son expérience. Le résultat ne respecte que très rarement les règles de l'art et pose donc souvent quelques problèmes de habilité et de maintenance, d'autant qu'il est en général peu documenté. Si on lui excuse son manque de motivation chronique, le développeur malgré lui peut donner entière satisfaction dans des projets de complexité moyenne sans trop de contraintes de maintenance.

    6. Le gentil incompétent    

Aimable, sociable, serviable, souriant, parfois blagueur, toujours disponible, il est apprécié par toute l'équipe et souvent même par toute l'entreprise. C'est un employé modèle. Et pourtant, le gentil incompé­tent est un profil parfois difficile à gérer parce que justement, il est incompétent ou simplement pas assez compétent. Vous le constatez, quand on parle de lui, on ne peut pas être vraiment méchant. En géné­ral, on a plutôt envie de l'aider, voire de le protéger un peu, quand la hiérarchie s'en mêle. Il se retrouve donc souvent occupé à des tâches de moindre importance, des modules simples, des librairies, ou bien des modules dits ingrats car le code y est poussiéreux ou illisible, et per­sonne d'autre ne veut s'en occuper. Il arrive ainsi assez souvent à se faire une vraie place au sein de l'équipe, surtout si au fil des années il a acquis une expérience unique de certains modules. Il faut dire à sa décharge que, comme pour la plupart des développeurs, l'entreprise ne consacre que très peu de moyens à sa formation, voire aucun. Il est donc souvent un peu facile de le critiquer alors que quelques heures passées régulièrement en compagnie des meilleurs développeurs pour­raient lui permettre de progresser.

    7. L'imposteur (autrement appelé baobab)    

Sur la planète du Petit Prince, il y avait comme sur toutes les planètes, de bonnes herbes et de mauvaises herbes. Par conséquent de bonnes graines de bonnes herbes et de mauvaises graines de mauvaises herbes. Mais les graines sont invisibles. Elles dorment dans le secret de la terre jusqu'à ce qu'il prenne fantaisie à l'une d'elles de se réveiller. Alors elle s'étire, et pousse d'abord timidement vers le soleil une ravissante brindille inoffensive. S'il s'agit d'une brindille de radis ou de rosier, on peut la laisser pousser comme elle veut. Mais s'il s'agit d'une mauvaise plante, il faut arracher la plante aussitôt, dès qu'on a su la reconnaître. Or il y avait des graines terribles sur la planète du Petit Prince...c'étaient les graines de baobabs. Le sol de la planète en était infesté. Or un baobab, si l'on s'y prend trop tard, on ne peut jamais plus s'en débarrasser. Il encombre toute la planète. Il la perfore de ses racines. Et si la planète est trop petite, et si les baobabs sont trop nombreux, ils la font éclater. [...] - Antoine DE SAINT-EXUPÉRY, Le Petit Prince

L'imposteur est ce qui peut arriver de pire à votre équipe et à votre entre­prise. Menteur comme un arracheur de dents, sournois, orgueilleux, l'imposteur cache son incompétence et son manque de confiance par une prestance trompeuse. Il aime les réunions, les beaux habits, les fauteuils de manager et encore plus les discussions avec les managers. En général il y parle beaucoup technique de programmation, derniers gad­gets à la mode et cours de la bourse, le tout avec une incompétence qui n'a d'égale que son assurance et le manque d'intérêt quasi permanent de ses propos.

L'imposteur entretient le flou autour de son planning, de ses tâches, de ses choix techniques. Il demande rarement de l'aide et n'en offre que très peu, ou alors en s'efforçant de ne pas divulguer ses recettes, pour préserver son aura de technicien.

L'imposteur est fin bonimenteur : il sait expliquer à ses supérieurs pourquoi sa tâche est si compliquée, son module si complexe à concevoir et à écrire, et surtout pourquoi rien n'est de sa faute. D'ailleurs il est souvent le premier à demander une prime ou une augmentation, surtout après une crise.

Quand il est censé avoir un rôle d'encadrement, l'imposteur se repère encore plus facilement : il commence par n'embaucher que des gens encore plus incompétents que lui, principalement du type « gentil incompétent » ou « imposteur » comme lui. Il faut savoir que les imposteurs entre eux se serrent les coudes de manière souvent complètement inconsciente d'ailleurs.

     L ' e s p r i t    d ' é q u i p e     

Parmi tous ces profils certes très caricaturaux, il en est un qu'aucune équipe ne devrait tolérer en son sein : l'imposteur.

Tous les autres, et tous les développeurs en général, ont des choses à apporter à l'équipe et donc à l'entreprise. L'essentiel est de bien les connaître, de bien cerner leurs compétences, leurs domaines de prédilections, leurs envies, pour finalement leur trouver un rôle à leur mesure au sein de l'équipe. Une équipe équilibrée, compétente, où chacun a sa place et en est satisfait est capable de tout. Les vrais développeurs sont passionnés par leur métier. S'ils n'étaient pas développeurs professionnels, la plupart d'entre eux programmeraient le soir chez eux, pour le plaisir. C'est une particularité en or, qu'un manager digne de ce nom ne saurait ignorer.

Il faut également savoir que, quelle que soit la qualité d'une équipe, d'un projet, ou d'une entreprise, les gens changent, la lassitude s'installe, parfois l'incompétence aussi. Tout comme il est normal d'être en constante recherche de nouveaux talents, il faut également prévoir une porte de sortie pour chacun, à tout moment. Cette porte peut être une affectation sur un autre projet, une autre équipe, une autre filiale, ou bien même un changement radical de carrière, peu importe. L'important est de maintenir la motivation, la progression et l'enthousiasme de chacun, et si possible de conserver les bons éléments dans l'entreprise. [...] »

  

[ Retour GESTION DE PROJET / EQUIPE | Index des Rubriques ]

Accueil Actualités Articles Projets Téléch. Livres Liens Top10

Site internet motorisé par PostNuke ADODB database libraryLangage PHP

Tous les logos et toutes les marques de fabrication sont la propriété de leurs détenteurs respectifs. Les commentaires appartiennent aux personnes qui les ont postés, et tout le reste est Copyright© 2003-2010 de www.smart-doc.org
Ce site internet est réalisé avec PostNuke. Ce système de gestion de portail écrit enPHP est un Logiciel Libre distribué sous licence GNU/GPL license.